Avec Quotes

Authors: A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Categories: A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
seules-mes-pensees-sentimentales-existent-quand-je-suis-avec-elle-cest-un-peu-nebuleux-et-triste-comme-si-jetais-content-bien-au-chaud-mais-avec-une-certaine-envie-de-pleurer-jua
je-ne-peux-pas-etre-vraiment-en-paix-avec-moimeme-si-je-ne-suis-pas-en-paix-avec-mes-freres-gabriel-marcel
on-nous-veut-avec-les-stigmates-des-grandes-ecoles-je-le-veux-avec-les-stigmates-de-la-vie-jean-giono
cest-affreux-ces-rendezvous-annuels-qui-autorisent-les-gens-e-faire-un-bilan-de-votre-vie-trois-questions-et-leurs-yeux-vous-disent-tu-nas-pas-avance-au-mieux-avec-inquietude-au-
lamitie-ditil-ce-nest-pas-detre-avec-ses-amis-quand-ils-ont-raison-cest-etre-avec-eux-meme-quand-ils-ont-tord-andre-malraux
avec-l039amour-au-beau-milieu
et-venons-en-paix-avec-trois-couleurs-deacutemancipation
alors-va-jouer-avec-ta-bite-dans-l039herbe-connard-
on-peut-rire-de-tout-mais-pas-avec-nimporte-qui-coluche
pendant-que-tu-travailles-oatildesup1-sort-avec-dautres-que-moi
et-au-dessus-de-moi-avec-une-resonance-imperceptible-le-blanc-ecoulement-de-ce-monde-stefan-zweig
il-faut-un-temps-plus-long-pour-se-lier-intimement-avec-un-homme-e-lunettes-henry-de-monfreid
tu-seras-toujours-mon-ami-tu-auras-envie-de-rire-avec-moi-antoine-de-saintexupery
lessentiel-est-invisible-pour-les-yeux-on-ne-voit-bien-quavec-le-coeur-antoine-de-saintexupery
no-elevator-progress-with-wells-prejudices-pas-dascenseur-de-progres-avec-puits-de-prejuges-charles-de-leusse
it-doesnt-extinguish-fire-with-ice-on-neteint-pas-le-feu-avec-des-glaeons-charles-de-leusse
viens-avec-moi-je-te-veux-dans-mon-lit-je-raconte-une-histoire-de-fantasie-vive-la-fete
il-ne-faut-pas-desesperer-les-imbeciles-avec-un-peu-dentraenement-on-peut-en-faire-des-militaires-pierre-desproges
on-entendait-alors-les-vehicules-cahoter-encore-dans-la-nuit-dete-avec-leur-chargement-de-fleurs-et-de-morts-albert-camus
et-ce-nest-pas-sans-fierteacute-que-javoue-avec-eacutemoi
elle-est-retrouvee-quoi-leternite-cest-la-mer-allee-avec-le-soleil-arthur-rimbaud
ne-avec-une-eme-habituelle-jen-ai-demande-une-autre-e-la-musique-ce-fut-le-debut-de-malheurs-inesperes-emil-cioran
votre-adoration-est-proportionnelle-e-votre-communion-avec-dieu-et-comment-vous-etes-libre-dr-paul-gitwaza
attendstoi-e-linattendu-voile-comment-je-peux-concilier-ma-crainte-de-catastrophe-reelle-avec-mon-espoir-que-je-maintiens-toujours-envers-et-contre-tout-edgar-morin
cetait-mon-premier-grand-depart-si-voyager-seul-cest-voyager-avec-le-diable-je-me-felicite-de-lavoir-fait-marcel-jouhandeau
fais-attention-e-tes-pensees-et-e-tes-paroles-car-elles-repondent-avec-des-evenements-semblables-melki-rish
respecter-une-femme-cest-pouvoir-envisager-lamitie-avec-elle-ce-qui-nexclut-pas-le-jeu-de-la-seduction-et-meme-dans-certains-cas-le-desir-et-lamour-tahar-ben-jelloun
la-vie-est-un-apprentissage-permanent-plus-on-croit-savoir-moins-on-sait-tant-les-choses-changent-et-avec-elles-les-mentalites-yasmina-khadra
quand-tu-es-dependant-des-autres-pour-le-moindre-geste-il-faut-etre-pote-avec-la-grande-aiguille-de-lhorloge-la-patience-est-un-art-qui-sapprend-patiemment-grand-corps-malade
ils-ne-savaient-peutetre-pas-que-les-histoires-secrivaient-le-plus-souvent-avec-des-materiaux-usages-et-que-lauteur-devait-donner-e-tout-cela-lallure-du-neuf-jaques-poulin
je-suis-perdu-lamour-est-nulle-je-ne-peux-pas-sans-toi-viens-avec-moi-si-tu-reste-labas-je-meurt-pour-toi-vive-la-fete
la-lecture-de-tous-les-bons-livres-est-comme-une-conversation-avec-les-plus-honnetes-gens-des-siecles-passes-rene-descartes
quand-jetais-petit-je-me-suis-apereu-que-je-navais-pas-de-ligne-de-chance-alors-avec-le-rasoir-de-mon-pere-zac-je-men-suis-fait-une-comme-je-voulais-hugo-pratt
en-quelques-jours-ils-avaient-noue-une-alliance-malsaine-avec-un-jeune-et-elegant-vampire-franeais-du-garden-district-aux-cheveux-blonds-improbables-et-totalement-denue-de-scrupu
poems-are-crystals-deposited-after-effervescent-contact-spirit-with-reality-cristaux-deposes-apres-leffervescent-contact-de-lesprit-avec-la-realite-pierre-reverdy
toutes-les-opinions-ne-se-valent-pas-et-il-ne-faut-pas-confondre-leloquence-dune-parole-avec-la-justesse-dune-pensee-tzvetan-todorov
jaurais-de-traverser-lexistence-avec-ce-privilege-que-donne-la-beaute-de-pouvoir-prendre-les-hommes-et-les-jeter-au-lieu-de-quoi-cetaient-eux-qui-mabandonnaient-ou-mouraient-ou-b
ils-verseront-de-sottes-larmes-et-comprendront-que-le-createur-en-les-faisant-rebelles-voulu-se-moquer-deux-assurement-ils-le-crieront-avec-desespoir-et-ce-blaspheme-les-rendra-e
chez-les-tigres-noirs-du-sri-lanka-on-entrainait-les-femmes-combatantes-qui-netaient-pas-vierges-e-passer-une-journee-avec-une-grenade-dans-le-vagin-ch-2-bernardhenri-levy
elle-navait-jamais-vraiment-aime-les-impressionnistes-elle-trouvait-quils-manquaient-doutrance-de-passion-seul-renoir-parfois-savait-traiter-un-corps-de-femme-avec-ce-manque-de-r
nous-possedons-tous-le-meme-sang-rouge-et-dans-la-poitrine-de-chacun-bat-un-meme-muscle-le-myocarde-que-dans-toutes-les-langues-mais-avec-des-mots-differents-nous-appelons-le-coe
la-terre-nous-en-apprend-plus-sur-nous-que-tous-les-livres-parce-quelle-nous-resiste-lhomme-se-decouvre-quand-il-se-mesure-avec-lobstacle-terre-des-hommes-antoine-de-saintexupery
loubli-dont-je-commeneais-e-sentir-la-force-et-qui-est-un-si-puissant-instrument-dadaptation-e-la-realite-parce-quil-detruit-peu-e-peu-le-passe-survivant-qui-est-en-constante-con
leducation-est-un-processus-culturel-par-lequel-chaque-nouvel-individu-est-transforme-en-membre-e-part-entiere-dune-societe-humaine-particuliere-partageant-avec-les-autres-membre
demander-e-la-poesie-du-sentimentalisme-ce-nest-pas-e-des-mots-rayonnants-des-mots-de-lumiere-avec-un-rythme-et-une-musique-voile-ce-que-cest-la-poesie-theophile-gautier
il-regarde-les-gens-autour-de-lui-ecoute-leurs-conversations-suppute-pour-chacun-ses-chances-dechapper-e-sa-condition-presente-les-clochards-les-vrais-cest-repe-les-employes-les-
L'amour ne peut pas se passer d'echange, de petits billets doux que l'on s'adresse et se renvoie. L'amour est peut-eªtre la plus belle forme du dialogue que l'homme a invente pour se repondre e lui-meªme. Et c'est le justement que l'art du ventriloque a un re´le immense e jouer. Les grands ventriloques ont ete avant tout des liberateurs : ils nous permettent de sortir de nos cachots solitaires et de fraterniser avec l'univers. C'est nous qui faisons parler le monde, la matie¨re inanimee, c'est ce qu'on appelle la culture, qui fait parler le neant et le silence. La liberation, tout est le. Je donne des lee§ons e Fresnes; les prisonniers apprennent e faire parler les barreaux, les murs, e humaniser le monde. Philoloque a dit qu'une seule definition de l'homme est possible : l'homme est une declaration d'intention, et j'ajouterais qu'il fait qu'elle soit faite hors du contexte. Je ree§ois ici toutes sortes de muets interieurs pour causes exterieures, pour cause de contexte, et je les aide e se liberer. Tous mes clients cachent honteusement une voix secre¨te, car ils savent que la societe se defend. Par exemple, elle ferme les bordels, pour fermer les yeux. C'est ce qu'on appelle morale, bonnes moeurs et suppression de la prostitution authentique et noble, celle qui ne se sert pas du cul mais des principes, des idees, du parlement, de la grandeur, de l'espoir, du peuple, puisse continuer par des voies officielles. Il vient donc un moment oe¹ vous n'en pouvez plus et oe¹ vous eªtes devore par le besoin de verite et d'authenticite, de poser des questions et de recevoir des reponses, bref, de communiquer - de communiquer avec tout, avec le tout, et c'est le qu'il convient de faire appel e l'art. C'est le que le ventriloque entre en jeu et rend la creation possible. Je suis reconnu d'utilite publique par monsieur Marcellin, notre ancien Ministre de l'Interieur, et monsieur Druon, notre ancien Ministre de la Culture et j'ai ree§u l'autorisation d'exercer de l'Ordre des Medecins, car il n'y a aucun risque. Tout demeure comme avant, mais on se sent mieux.

Romain Gary
lamour-ne-peut-pas-se-passer-dechange-de-petits-billets-doux-que-lon-sadresse-et-se-renvoie-lamour-est-peutetre-la-plus-belle-forme-du-dialogue-que-lhomme-invente-pour-se-repondr
La tournee terminee, Tom et Roger pense¨rent qu'apre¨s le succe¨s de I Shot The Sheriff, ce serait bien de descendre dans les Caraibes pour continuer sur le the¨me du reggae. Ils organise¨rent un voyage en Jamaique, oe¹ ils jugeaient qu'on pourrait fouiner un peu et puiser dans l'influence roots avant d'enregistrer. Tom croyait fermement au bienfait d'exploiter cette source, et je n'avais rien contre puisque e§a voulait dire que Pattie et moi aurions une sorte de lune de miel. Kingston etait une ville oe¹ il etait fantastique de travailler. On entendant de la musique partout oe¹ on allait. Tout le monde chantait tout le temps, meªme les femmes de menage e l'hotel. Ce rythme me rentrait vraiment dans le sang, mais enregistrer avec les Jamaicains etait une autre paire de manches. Je ne pouvais vraiment pas tenir le rythme de leur consommation de ganja, qui etait enorme. Si j'avais essaye de fumer autant ou aussi souvent, je serais tombe dans les pommes ou j'aurais eu des hallucinations. On travaillait aux Dynamic Sound Studios e Kingston. Des gens y entraient et sortaient sans arreªt, tirant sur d'enormes joints en forme de trompette, au point qu'il y avait tant de fumee dans la salle que je ne voyais pas qui etait le ou pas. On composait deux chansons avec Peter Tosh qui, affale sur une chaise, avait l'air inconscient la plupart du temps. Puis, soudain, il se levait et interpretait brillamment son rythme reggae e la pedale wah-wah, le temps d'une piste, puis retombait dans sa transe e la seconde oe¹ on s'arreªtait.

Eric Clapton
la-tournee-terminee-tom-et-roger-penserent-quapres-le-succes-de-i-shot-the-sheriff-ce-serait-bien-de-descendre-dans-les-caraibes-pour-continuer-sur-le-me-du-reggae-ils-organisere
Spleen Je suis comme le roi d'un pays pluvieux, Riche, mais impuissant, jeune et pourtant tre¨s vieux, Qui, de ses precepteurs meprisant les courbettes, S'ennuie avec ses chiens comme avec d'autres beªtes. Rien ne peut l'egayer, ni gibier, ni faucon, Ni son peuple mourant en face du balcon. Du bouffon favori la grotesque ballade Ne distrait plus le front de ce cruel malade; Son lit fleurdelise se transforme en tombeau, Et les dames d'atour, pour qui tout prince est beau, Ne savent plus trouver d'impudique toilette Pour tirer un souris de ce jeune squelette. Le savant qui lui fait de l'or n'a jamais pu De son eªtre extirper l'element corrompu, Et dans ces bains de sang qui des Romains nous viennent, Et dont sur leurs vieux jours les puissants se souviennent, II n'a su rechauffer ce cadavre hebete Oe¹ coule au lieu de sang l'eau verte du Lethe I'm like the king of a rain-country, rich but sterile, young but with an old wolf's itch, one who escapes his tutor's monologues, and kills the day in boredom with his dogs; nothing cheers him, darts, tennis, falconry, his people dying by the balcony; the bawdry of the pet hermaphrodite no longer gets him through a single night; his bed of fleur-de-lys becomes a tomb; even the ladies of the court, for whom all kings are beautiful, cannot put on shameful enough dresses for this skeleton; the scholar who makes his gold cannot invent washes to cleanse the poisoned element; even in baths of blood, Rome's legacy, our tyrants' solace in senility, he cannot warm up his shot corpse, whose food is syrup-green Lethean ooze, not blood. - Robert Lowell, from Marthiel and Jackson Matthews, eds., The Flowers of Evil (NY: New Directions, 1963)

Charles Baudelaire
spleen-je-suis-comme-le-roi-dun-pays-pluvieux-riche-mais-impuissant-jeune-et-pourtant-tres-vieux-qui-de-ses-precepteurs-meprisant-les-courbettes-sennuie-avec-ses-chiens-comme-ave
?Earn cash when you save a quote by clicking
EARNED Load...
LEVEL : Load...